Le jus d’orange et les baies pourraient nous protéger de la COVID-19

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 7 avril 2020 Par Richard DesRochers
Récemment on publiait dans La Presse un article concernant le jus d’orange qui pourrait nous aider à nous protéger de la COVID-19. On cite notamment que l’hespéridine contenue dans le jus d’orange peut nuire à la capacité du coronavirus à se fixer à nos cellules. Ainsi, l’hespéridine a une capacité de retarder l’infection et fait gagner du temps à notre système immunitaire. Bref, une hypothèse crédible qui suggère que l’hespéridine pourrait mettre des bâtons dans les roues de la COVID-19 et peut-être sauver des vies.
 
Faits saillants de la recherche
  1. La récente pandémie de la COVID-19 est causée par le SRAS-CoV-2 (syndrome respiratoire aigu sévère Coronavirus 2), un nouveau bétacoronavirus.
  2. Le COVID-19 contient quatre protéines structurales, appelées protéines S (pointe), E (enveloppe), M (membrane) et N (nucléocapside) ; la protéine N détient le génome de l’ARN et les protéines S, E et M créent l’ensemble de l’enveloppe virale.
  3. La protéine de pointe S est une glycoprotéine responsable de permettre au virus de se lier à une cellule hôte via le récepteur ACE.
  4. Il se peut que les oranges, baies, oignons et thé agissent sur plusieurs mécanismes de la COVID-19, afin d’empêcher les complications du Récepteur ACE-2, responsable de la liaison du SARS-COV-2 aux cellules.
  5. Le site de la furine à la frontière SARS-Cov-2 S1/S2 est unique et critique pour le clivage très efficace de la protéine S et est un déterminant important de la transmissibilité et de la pathogénicité du virus.
  6. Complexes de répliqua. Comprends la protéase 3CLpro, PLpro, l’hélicase et l’ARN polymérase dépendants de l’ARN (RdRP) qui sont responsables de la réplication du virus après l’entrée dans les cellules.
  7. ARN méthyltransférases. Comprend des enzymes telles que METTL3/14 qui peuvent faciliter la stabilité de RdRP et la guanine-N7-méthyltransférase coiffe d’ARNm qui est responsable de la protection de la capacité du virus à se répliquer.
  8. Pour combattre efficacement la COVID-19, les fruits doivent contenir les composés les plus efficaces contre le virus grâce à des cibles enzymatiques/protéiques éprouvées.
  9. Une quantité suffisante de ces composés devrait être obtenue à partir du régime alimentaire, afin d’atteindre une concentration efficace dans le corps pour supprimer l’infection virale.
Les composés actifs principaux (inhibiteurs)
  1. La quercétine ou le quercétol et ses dérivés sont de la famille des flavonoïdes et les plus abondants se retrouvent dans les oignons, les câpres, les piments et les baies. Il a été rapporté que la quercétine est assez efficace contre le virus du SRAS. [7]
  2. La naringénine, la lutéoline, l’hespérétine, l’hespéridine (décrites ci-dessus dans l’ordre respectif) — sont des flavonones principalement présentes dans les agrumes et les plus abondantes dans les oranges. L’amarrage moléculaire montre que ces composés peuvent bien interagir avec l’ACE-2, la furine, 3Clpro et/ou la protéine du virus S.
  3. L’EGCG (épigallocatéchine-3-gallate) est un dérivé spécifique du flavanol : le flavan. Le thé vert contient beaucoup d’EGCG. L’amarrage moléculaire montre que l’EGCG peut bien interagir avec les DNMT, l’ACE-2 et l’hélicase.
Quantité de nourriture
 
En termes de recherche, on essaie suffisamment de consommer les composés actifs afin de lutter efficacement contre la COVID-19. Les recommandations sont basées sur des concentrations importantes pour inhiber 50% de l’activité virale ou protéique clé, PCP (pic de concentration plasmatique). Une quantité de consommation est nécessaire pour atteindre le PCP après l’ingestion de ces composés.
 
Bref, l’inhibition de l’infection virale dépend de la concentration plasmatique des inhibiteurs.
En général, 300 g d’oignon rouge frais, 300 ml de jus d’orange pressé, 1 g de thé vert et 50 g de baies de genièvre atteindraient la concentration nécessaire de quercétine, d’hespéridine, d’EGCG et de lutéoline.
 
En pratique cela veut dire quoi ?
  1. Les composés actifs des baies, de l’orange et des mûres peuvent être simplement obtenus en mangeant ces fruits directement ou en en buvant le jus.
  2. Pour maximiser l’EGCG du thé vert, la meilleure méthode serait d’utiliser 5 g de thé vert dans 300 ml d’eau.
  3. Cuisiner avec les oignons plus fréquemment, la cuisson légère permet de conserver près de 100% de la quercétine.
Plusieurs autres aliments comme les câpres, le piment fort le chocolat noir, le brocoli, la cerise et le vin rouge sont riches en quercétol. Enfin, une consommation équilibrée de fruits et légumes frais pourrait être suffisamment efficace afin de combattre la COVID-19. Donc, améliorez constamment votre assiette et mettez les chances de votre côté. Vous pouvez également miser sur les suppléments pour mieux vous protéger.